Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stop Gardasil

Le Gardasil®, un vaccin qui fâche

20 Avril 2011 , Rédigé par Selenia++

Publié le samedi 26 février 2011

 

En 2007, une campagne télévisuelle appelait toutes les mères de famille à faire vacciner leur fille adolescente contre le papillomavirus. Vendu comme un vaccin anticancer du col de l'utérus, le Gardasil® est rapidement devenu une star : plus de 65 millions de doses distribuées dans le monde, et plus de 4 millions en France, selon le laboratoire Sanofi Pasteur MSD.

 

Or, Didier en est persuadé, le Gardasil® est responsable de la maladie auto-immune dont sa fille Morgane, 16 ans, se remet difficilement. Quatre mois après la deuxième injection de ce vaccin, l'adolescente de 16 ans a développé le syndrome de Guillain-Barré. Il s'agit d'une atteinte dysimmunitaire des nerfs périphériques, potentiellement grave, qui s'est traduite dans ce cas par une paralysie rapide. Pour le pédiatre de l'hôpital alsacien où Morgane a été prise en charge, c'est une gastro-entérite qui a mal tourné. Le père, qui vit à Troyes, n'en croit pas un mot.

Il pourrait s'agir d'une idée fixe sans fondement. En effet, aucune preuve scientifique ne vient pour le moment au secours de sa thèse. Pourtant, des questions circulent autour des risques liés à ce vaccin dans l'ensemble des pays où il a été mis sur le marché.

 

 

Un médicament sous surveillance renforcée

 

 

En France, le Gardasil®, tout comme son cousin Cervarix®, a récemment été placé sur la liste des 77 médicaments sous surveillance renforcée.

Jean-Marie Mora, président de la Ligue nationale pour la libre vaccination, est sceptique : « Des centaines d'effets indésirables graves ont été recensées, un cas de Guillain-Barré s'est encore déclaré la semaine dernière près de Grenoble, sur une jeune fille sans aucun antécédent médical. Pourtant on continue à ne pas faire de lien ! »

Sylvie Simon fait le lien. Journaliste indépendante et auteur de plusieurs essais, elle a, entre autres, écrit Vaccins, mensonges et propagande. Elle se fonde sur de multiples études : « L'agence gouvernementale américaine Judicial Watch annonçait en 2008 plus de 10 000 effets secondaires graves et 27 décès dus à ce vaccin fabriqué par le laboratoire Merck. » Parmi les effets secondaires graves déclarés, le syndrome de Guillain-Barré (25 cas aux États-Unis entre mai 2009 et septembre 2010).

 

 

Le lobby des laboratoires pointé du doigt

 

 

L'auteur dénonce « un véritable poison, composé d'aluminium, de polysorbate 80 qui rend les souris stériles et de borate de soude, qui n'est plus utilisé dans les préparations médicinales car il est considéré comme un poison. » En février 2009, la vaccination a été temporairement suspendue en Espagne, après l'hospitalisation de deux adolescentes qui venaient d'être vaccinées dans la région de Valence. Mais l'agence européenne du médicament a rapidement rendu un rapport positif pour le Gardasil®, recommandant la poursuite de la vaccination.

Des voix dissidentes se font aussi entendre contre les laboratoires. En France, le comité technique des vaccinations devait rendre son avis en avril 2007 sur le Gardasil®. « Dès le mois de février, Xavier Bertrand, alors ministre de la Santé, annonçait à l'Assemblée nationale que le vaccin serait remboursé par la Sécurité sociale. Pourquoi ? » s'interroge le père de la jeune Morgane. Dans un documentaire diffusé sur Canal + en mars 2010 sur l'industrie pharmaceutique, il était en outre souligné que, sur les vingt médecins composant le comité technique, six seulement n'avaient aucun lien avec le laboratoire Sanofi Pasteur, qui commercialise le Gardasil®.

Le coût global de ce vaccin, pour les trois injections, s'élève à 407 €. Il est remboursé à 65 % par la Sécurité sociale.

 

 

L'Est Eclair

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article