Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stop Gardasil

L’ONU demande des milliards pour un plan de vaccination anti-MST

10 Mai 2011 , Rédigé par Selenia++

6 mai 2011

 

By Susan Yoshihara, Ph.D.

 

 

NEW YORK, 6 mai (C-FAM) L’ONU est sur le point de demander aux gouvernements de financer la vaccination de toutes les jeunes filles du monde contre la MST HPV, le papillomavirus. La compagne controversée pourrait coûter jusqu’à $300 par personne et un total de quelques milliards.

 

La liste des dignitaires qui ont lancé la campagne de l’ONU mi-avril inclut une éminente first lady africaine, les dirigeants du fonds de l’ONU pour le développement (UNFPA), l’Association Américaine contre le Cancer, et le fabricant de contraceptifs PATH.

 

L’UNFPA et PATH souhaitent que les Etats contributeurs achètent le vaccin au prix modique de $14 l’injection. Chaque patiente est supposé recevoir trois injections sur une période de six mois, et le traitement n’est sensé durer que cinq ans. Chaque femme devraient recevoir le traitement sept fois durant sa période de fertilité.

 

Les promoteurs ont averti l’Assemblée Générale de l’ONU que le projet serait controversé. Présenter la campagne comme une arme de lutte contre le cancer du col de l’utérus plutôt que comme un vaste programme de vaccination contre une maladie sexuellement transmissible devrait aider à contrer les résistances politiques, ont-ils affirmé.

Lorsque confrontés à des questions sur les raisons pour lesquelles des enfants devraient être vaccinés contre une MST, l’ONU devrait utiliser les mêmes arguments que pour les vaccinations des enfants contre l’hépatite B, ont-ils conseillé.

 

Lorsque les gouvernements locaux des Etats Unis avaient essayé d’inoculer aux écolières un vaccin contre le HPV il y a quelques années de cela, la force des résistances populaires avaient mis fin au projet.

 

Pour autant, aucun des speakers de l’ONU ne s’est penché sur les raisons de l’infection du HPV, qui se transmet par contact sexuel. Le panel a déploré une augmentation dramatique du cancer dans les pays en développement, mais n’a pas clarifié les raisons de son expansion, mettant de côté les aspects tels que la pratique sexuelle pour se concentrer sur l’obtention de la volonté politique pour financer le programme de vaccination.

 

Sur le demi-million de nouveaux cas de cancers du col annuel, plus de la moitié des patients décèdent pour ne pas avoir su qu’ils avaient contracté le virus avant que celui-ci ait atteint un stade infectieux avancé.

 

Le directeur adjoint de l’UNFPA, Purnima Mane, a affirmé que l’UNFPA pendrait les rênes de la campagne. Dans le cas où les Etats Membres soutiendraient ce projet, les fonds additionnels dont bénéficierait l’agence aurait un effet propulseur pour celle-ci, sachant que des milliards de femmes et jeunes filles demanderaient le vaccin tous les cinq ans.

 

Ces fonds renverseraient aussi une tendance à la baisse des financements dont bénéficient les programmes de l’agence internationale pour la population, ceux-ci ayant fortement diminué suite à la crise économique et à l’effondrement des taux de fertilité à l’échelle globale. L’administration Obama avaient dû diminuer la contribution des Etats-Unis pour 2011 lors de la bataille sur le budget avec le Congrès l’année dernière, mais a promis de l’augmenter à nouveau pour atteindre $50 millions en 2012. De son côté, PATH a reçu $50 millions de la part du gouvernement américain en 2009, ce qui revient à environ un cinquième de ses financements.

 

Les critiques craignent que la campagne de vaccination finisse par être absorbée par la campagne déjà bien financée en faveur des droits reproductifs à l’ONU. Ils préviennent que puisque l’UNFPA promeut agressivement les « droits sexuels » des mineurs, la campagne n’abordera pas les aspects liés au comportement sexuel ou les droits parentaux en matière de décisions médicales, et pourrait conduire à une augmentation plutôt qu’une diminution du nombre de malades.

 

Les Etats Membres de l’ONU délibèreront sur la question les 19 et 20 septembre prochains, lors d’une rencontre de haut niveau sur les maladies non transmissibles.

 

 

http://www.c-fam.org/publications/id.1851/pub_detail.asp

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article