Stop Gardasil

GARDASIL: une jeune fille vaccinée raconte sa terrible histoire

17 Juin 2011 , Rédigé par Selenia++

Naomi--Snell.jpg

Naomi Snell de Melbourne en Australie venait d’avoir 25 ans. Parallèlement à ses études de journalisme elle gagnait sa vie et faisait chaque jour ses 5 km de course à pieds. En janvier 2008 elle reçut le dernier des 3 vaccins Gardasil comme les officiels de santé publique australiens le recommandaient.

 

Naomi raconte qu’elle est tombée malade après ses premières doses de vaccin, mais n’ayant pu établir un lien entre ses problèmes de santé et le vaccin, elle se fit vacciner une troisième fois.

 

Quelques semaines après le dernier vaccin, elle commença à souffrir de douleurs dans tout le corps et d’inflammations des articulations. Peu de temps après, elle commença à perdre l’équilibre, à souffrir de convulsions et ne put finalement plus marcher.

 

Elle consulta un rhumatologue vu que ses tests sanguins avaient découvert une réaction auto immune. Elle fut finalement orientée vers un neurologue chez qui elle est toujours en traitement. L’IRM du cerveau révéla une démyélinisation comme celle qui est associée à la sclérose en plaques.

 

Naomi attribue tous ses symptômes à la vaccination. C’est seulement après être devenue malade qu’elle apprit que quantité d’autres  personnes avaient aussi souffert d’effets secondaires, voire étaient décédées après cette vaccination. Naomi a décidé de réaliser une vidéo sur son cas et a créé une page  Facebook destinée aux personnes qui, comme elle, pensaient avoir souffert de ce vaccin.

 

« Depuis que je suis tombée malade après avoir été vaccinée j’ai été obligée de postposer mes études de journalisme. Je n’ai non plus été capable de reprendre mon travail plein temps. J’ai même dû arrêter complètement mon travail pendant de longues périodes sans être payée. »

 

« Je sens maintenant que petit à petit mes forces commencent à revenir, mais je me demande si je pourrai un jour guérir complètement. Avant de faire le vaccin j’étais capable de courir mes 5 Km par jour. Même mon écriture s’est détériorée depuis que j’ai fait ce vaccin. »

 

Naomi souhaite que la vaccination HPV soit suspendue dans le monde entier «  jusqu’à ce que les risques associés au vaccin aient été complètement évalués. » Elle encourage les autres à réellement s’informer sur ce vaccin. « Nous devons reprendre notre pouvoir en main pour pouvoir prendre les meilleures décisions  en ce qui concerne nos propres corps, mais seulement après avoir été complètement informées. J’ai bien dû apprendre qu’il n’est pas toujours positif de prendre ce qu’un médecin vous conseille à première vue. L’information que les médecins vous donnent ne provient pas toujours de personnes qui ont à cœur vos meilleurs intérêts. »

 

Malinda M. Weninger nous a raconté que sa fille de 21 ans est malade depuis trois ans suite à sa vaccination. Des milliers de filles sont malades, mais ne font pas toujours le lien avec le Gardasil. De nombreuses personnes se sont adressées à la FDA, explique Weninger, mais ces gens continuent à ne rien vouloir entendre.

 

Aux Etats-Unis, en Australie, en Grande Bretagne et ailleurs, des femmes et des parents de jeunes filles qui ont établi le lien avec le vaccin n’arrêtent pas de raconter leurs histoires et de mettre en garde contre tous ces risques potentiels. Dans la plupart des cas, ils se heurtent à l’indifférence des officiels de santé…

 

La FDA et le CDC ont continuellement maintenu que le Gardasil était sans danger et efficace et que ses avantages l’emportaient sur les risques. Les agences officielles de santé en Grande Bretagne et en Australie ont la même position.

 

Seule l’Inde a suspendu la vaccination Gardasil pour pouvoir approfondir la recherche…

 

Il y a trois choses dont on ne parle pas dans les groupes favorables à la vaccination Gardasil :

La première c’est que ce vaccin est un produit commercial qui fait l’objet d’un puissant lobbying auprès des gouvernements. Sa commercialisation rapporte d’énormes profits. On parle de marché d’un milliard de dollars pour le monde.

En second lieu le vaccin n’a pas été testé sur certains types de populations, comme par exemple les personnes souffrant de trouble auto-immuns.

En troisième lieu, la déclaration des effets secondaires du vaccin n’est nullement obligatoire aux Etats-Unis…

C’est à ceux qui sont malades d’apporter la preuve de la relation avec le vaccin.

 

http://www.fleshandstone.net/healthandsciencenews/1842.html

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

microneedle skin care system 01/07/2014

As the blood tests had discovered an autoimmune reaction I think he should stop taking that medicine. In some cases the antibiotics will have after effects. There usually are extremely couples of individuals who can write not so easy articles that creatively.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog